Latest Posts

États et entreprises doivent cesser immédiatement d’envoyer des armes à Israël, au risque d’être considérés responsables de violations des droits humains, déclarent des experts de l’ONU

GENÈVE (20 juin 2024) – La livraison d’armes et de munitions à Israël peut constituer de graves violations des droits humains et du droit international humanitaire et risque de manifester une complicité d’États dans des crimes internationaux incluant potentiellement le génocide, ont dit aujourd’hui des experts de l’ONU, réitérant leur demande d’arrêt immédiat des livraisons.

Gaza / Israël : à propos de la déclaration de la Palestine reconnaissant la compétence de la CIJ et demandant à intervenir en l’affaire Afrique du Sud contre Israël

Le 3 juin, la Cour Internationale de Justice (CIJ) a annoncé, dans un communiqué de presse, qu’elle a reçu une déclaration de la Palestine reconnaissant la compétence générale de la CIJ, afin d’intervenir dans l’affaire Afrique du Sud contre Israël. Peu diffusée (et encore moins commentée dans les grands médias internationaux), cette déclaration faite par la Palestine mérite que l´on s’y attache afin d’en comprendre la motivation et la portée, que nous essaierons d’expliquer dans les lignes qui suivent.

La invocación de Amalec en Israel: de la retórica religiosa extremista a un proyecto totalitario que culmina en el genocidio en Gaza

Este informe de AURDIP examina un aspecto fundamental de la anatomía del genocidio en curso en Gaza. Destaca la evolución de la invocación de Amalec en el discurso público israelí, que ha pasado de la retórica religiosa extremistas al adoctrinamiento ideológico dentro de la esfera social y política. Después de un largo proceso iniciado después de la Guerra de los Seis Días en 1967, esta invocación se ha transformado en un programa político que favorece una política de colonización y de apartheid cada vez más violenta y agresiva, que condujo al actual genocidio, cuyo nombre en clave pasó a ser Amalec.

Accès des entreprises israéliennes d’armement au salon Eurosatory : après le jugement de la Cour d’Appel, l’attitude de l’État revient en première ligne 

La Cour d’Appel a annulé la décision du tribunal judiciaire de Bobigny, en contestant le pouvoir du juge judiciaire d’interpréter un acte de gouvernement à la lumière du droit international applicable pour prescrire les mesures susceptibles de lui donner une pleine effectivité. Cette invocation des actes de gouvernement, qui interdit de fait à la justice de s’intéresser au respect des engagements internationaux de la France en matière de respect des droits humains et des règles pour le commerce des armes, est contestée par les associations requérantes qui se réservent toutes voies de recours.

Appel Urgent à la suspension de la participation d’Israël aux programmes de recherche de l’UE, suivant l’ordonnance provisoire de la CIJ sur le génocide à Gaza.

L’AURDIP et quatre organisations académiques exhortent l’UE à suspendre la participation d’Israël aux programmes de recherche de l’UE, suivant l’ordonnance provisoire de la Cour de Justice Internationale qui a trouvé plausible l’affirmation de génocide perpétré contre les Palestiniens à Gaza. La lettre met en avant les violations du droit international par Israël et critique le financement de l’UE susceptible de soutenir ces actes. Elle appelle au respect de l’ordonnance de la CIJ et une cessation du soutien de l’UE à Israël jusqu’à ce que celui-ci adhère au droit international et aux normes éthiques.

EUROSATORY : une grande victoire face à l’horreur du génocide en cours à Gaza

Le 31 mai, sur instruction du gouvernement français, la société COGES, organisateur du salon de l’armement EUROSATORY, annulait la réservation des stands des entreprises israéliennes d’armement. Le 14 juin, le tribunal judiciaire de Bobigny condamnait COGES à prendre des mesures effectives pour que les délégations de l’industrie israélienne de l’armement soient interdites d’entrée au salon EUROSATORY. Cette dernière décision de justice faisait suite à l’assignation en référé de la société COGES par trois organisations : l’ASER (Action Sécurité et Ethique Républicaine), l’Association France Palestine Solidarité, et Stop Fuelling War, appuyées en intervention volontaire par l’ONG palestinienne Al-Haq.