Un jeune Palestinien de 17 ans sixième victime des forces israéliennes en une semaine

| Yumna Patel pour Mondoweiss | Traduction J.Ch. pour l’AURDIP |

Les forces israéliennes ont tué par balles l’adolescent palestinien Oday Salah jeudi matin dans le district de Jénine au nord de la Cisjordanie occupée. Depuis le début de l’année, Israël a tué 149 Palestiniens, dont 34 dans la région de Jénine.


Les forces israéliennes ont tué par balles un adolescent palestinien jeudi matin, dans le district de Jénine au nord de la Cisjordanie occupée, 24 heures seulement après que deux Palestiniens et un soldat israélien aient été tués dans des affrontements à Jénine.

Le jeune Oday Salah de 17 ans a été mortellement atteint par balle à la tête alors que les forces israéliennes avaient fait une descente dans son village de Kafr Dan jeudi au petit matin, d’après le ministère palestinien de la Santé.

L’agence Wafa News a rapporté que l’armée israélienne avait fait une descente dans le village et installé des tireurs d’élite sur les toits. Ce raid a déclenché des affrontements dans la ville, au cours desquels les soldats ont ouvert le feu sur un certain nombre de jeunes hommes « qui essayaient de bloquer le passage et protestaient contre le raid », a dit Wafa.

Salah a été déclaré mort à l’Hôpital du Gouvernement Khalil Suleiman de Jénine, et trois autres ont été blessés.

Le raid sur Kafr Dan ciblait les maisons d’Ahmed Ayman Abed, 23 ans, et d’Abdulrahman Hani Abed, 22 ans, cousins originaires de Kafr Dan, tués la veille alors qu’ils avaient effectué une fusillade contre le checkpoint militaire à l’entrée de Jénine dans laquelle un officier de l’armée israélienne était mort.

D’après les associations de défense des droits, cette pratique équivaut à une violation du droit humanitaire international et des droits de l’homme et s’apparente à une punition collective sur les familles des Palestiniens abattus.

D’après Middle East Eye, Ahmed était un officier de la direction du renseignement des services de sécurité palestiniens, et Abdul Rahman travaillait dans l’agriculture et la construction. Tous deux ont été tués au checkpoint Jalama après un échange de tirs avec les soldats israéliens stationnés dans la zone.

Wafa a rapporté que, au cours du raid de jeudi matin sur Kafr Dan, les forces israéliennes ont fait une descente dans les maisons des familles d’Ahmed et d’Abdulrahman, les soumettant à des heures « d’interrogatoire musclé ».

Les soldats ont, paraît-il, également saccagé les logements et pris des mesures pour cartographier les maisons, apparemment en vue de leur démolition.

Israël a une politique de démolition punitive des maisons des Palestiniens accusés de mener des attaques contre des Israéliens en tant que mesure « dissuasive » contre de futures attaques. Cette politique amplement critiquée a été condamnée par les associations de défense des droits en tant que punition collective.

Six Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes au cours de la semaine dernière, dont quatre étaient de la région de Jénine.

Dimanche 11 septembre, Mustapha Hussein Abu Jelda, 24 ans, a succombé aux blessures qu’il avait subies cinq jours plus tôt au cours d’un raid israélien sur le camp des réfugiés de Jénine qui avait causé la mort d’un Palestinien et des blessures sur une douzaine d’autres.

Le 8 septembre, Haitham Mubarak, 16 ans, a été tué après avoir été atteint par balles réelles pendant un raid israélien sur la ville de Beitin dans la région de Ramallah. D’après Défense des Enfants International Palestine (DCIP), le corps de Mubarak a été confisqué par les forces israéliennes.

« Selon le droit international, une force létale intentionnelle n’est justifiée que dans des circonstances où il y a menace directe pour la vie ou de graves blessures. Pourtant, les enquêtes et les preuves collectées par DCIP laissent régulièrement entendre que les forces israéliennes utilisent une force létale contre les enfants palestiniens dans des circonstances qui peuvent s’apparenter à des assassinats extrajudiciaires ou volontaires », a dit DCIP.

D’après l’association, 38 enfants palestiniens ont été tués dans le territoire palestinien occupé depuis le début de l’année, dont 21 ont été abattus par balles en Cisjordanie.

La veille de l’assassinat de Mubarak, les forces israéliennes ont abattu par balles Younis Ghassan Tayeh, 21 ans au cours d’un raid sur le camp de réfugiés de Far’a à Tubas au nord de la Cisjordanie.

Le ministère palestinien de la Santé a rapporté que 149 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’année. Parmi les tués, 34 étaient de la région de Jénine.

Israël a intensifié ses opérations militaires à Jénine depuis le début de l’année, dans le cadre d’une répression accrue sur les groupes de résistance armée qui ont continué de progresser dans la ville.

- Photo : Oday Salah, 17 ans, a été tué par les forces israéliennes, jeudi 15 septembre 2022, dans la ville de Kafr Dan, district de Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée. (Photo : Wafa News Agency)