Ramy Shaath est libre après deux ans et demi de prison !

| Amnesty International |

Après plus de 900 jours passés en prison, sans procès, le militant égypto-palestinien Ramy Shaath est enfin libre. Il est arrivé en France et a retrouvé sa famille. Nous étions à l’aéroport pour l’accueillir. Joie intense et soulagement immense après 2 ans et demi de mobilisation !


«  Ramy est libre  ! ». C’est par ces mots prononcés par son épouse, Céline Lebrun Shaath, que nous avons appris la libération de Ramy Shaath, fervent défenseur des droits humains. Il était détenu arbitrairement en Égypte depuis juillet 2019, dans un contexte de répression de la société civile par les autorités égyptiennes.

Ce 8 janvier marque la fin d’un enfer pour Ramy qui aura passé plus de deux ans, enfermé dans la prison de Tora au Caire.

Ramy Shaath est arrivé en Francedans l’après-midi. Il y a enfin retrouvé son épouse, Céline Lebrun Shaath, et ses proches. Nous étions au comité d’accueil à l’aéroport Charles de Gaulle : impatience, excitation, émotion. Le moment arrive, les portes s’ouvrent. Ramy apparaît enfin avec sa femme, Céline Lebrun, se tenant la main en un seul poing levé. Des cris de joie les accueillent. Avec un grand sourire, il prend la parole : « We made it ! » ( « On l’a fait ! » ). Ramy Shaath est libre.

Retrouvez l’intégralité de la première déclaration de Ramy Shaath à son arrivée en France

Je veux remercier les milliers de personnes qui m’ont envoyé des messages. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ça fait une différence quand on est enfermé quelque part et qu’on reçoit une lettre, un dessin, une photo, qui dit qu’on se souvient de toi, qu’on te soutient, qu’on t’attend dehors

Ce serait trop long de remercier maintenant cette femme qui est à mes côtés [Céline Lebrun-Shaath, sa femme NDLR]. Elle a bougé des montagnes pour moi. Je pouvais sentir son amour à chaque seconde peu importe le lieu de détention où j’étais. Elle m’a fait sortir !

Ramy Shaath, à son arrivée à Paris

Pour Ramy et sa famille, c’est le temps des retrouvailles et du repos. Pour nous, c’est celui des remerciements. Cette victoire, nous vous la devons. 

UNE MOBILISATION SANS FAILLE 

Plus de deux ans de campagne pour obtenir la libération de Ramy Shaath. Deux ans de détention arbitraire, dans des conditions très dures, renouvelée plus de 30 fois mais deux ans de mobilisation croissante. Notre engagement a été constant et tenace. La pression n’a jamais faibli.

De mois en mois, la mobilisation a pris de l’ampleur en France et dans d’autres pays comme en Espagne, enBelgique, aux États-Unis ou en Palestine, portée par l’épouse de Ramy, Céline Lebrun Shaath. Citoyenne française, Céline avait été expulsée illégalement d’Égypte par les autorités au moment de l’arrestation de son mari en 2019. Aux côtés de Céline, nous nous sommes battus pour la libération de Ramy.

Merci aux personnes qui se sont engagées sans relâche dans ce combat :

👉Nous avons interpellé à maintes reprises les autorités égyptiennes mais aussi les autorités françaises pour que des leviers diplomatiques soient activés.

👉Nos militants ont envoyé desmessages de solidarité par centaines à Ramy, messages qui l’ont aidé à tenir moralement, enfermé dans sa cellule de 25m2 avec 15 autres détenus.

👉Une pétition internationale qui a recueilli plus de 100 000 signatures a été remise aux ambassades égyptiennes de plusieurs pays.

👉Pendant des mois, le hashtag FreeRamyShaath a circulé sur les réseaux sociaux.

👉 Des événements ont été organisés dans plusieurs villes de France

Toutes ces actions ont joué un rôle déterminant dans la libération de Ramy. Merci à toutes et à tous et merci à nos équipes, qui, aux côtés de Céline Lebrun Shaath, ont œuvré chaque jour à la libération de Ramy permettant notamment de porter son cas auprès des décideurs politiques et dans les médias.

Lire aussi : 182 élus français ont appellé le président égyptien à libérer Ramy Shaath

Nous tenons aujourd’hui à saluer le courage et la ténacité de Céline, qui a coordonné cette campagne internationale en faveur de la libération de son mari.

Lire aussi : Le communiqué de la famille de Ramy Shaath après sa libération

Je serai toujours reconnaissante envers toutes celles et ceux qui ont soutenu la campagne pour sa libération pendant plus de deux ans et ont refusé de le laisser croupir injustement en prison.

Céline Lebrun Shaath, l’épouse de Ramy

Retrouvez le témoignage de Céline qui raconte comment Ramy a été arrêté sous ses yeux en 2019. 👇

Cette interview a été réalisée en avril 2021, avant la libération de Ramy Shaath.

Ramy a dû renoncer à sa nationalité

En échange de sa libération, Ramy Shaath a dû renoncer à sa nationalité égyptienne. Nous déplorons cette décision.

Avant son arrestation et sa détention arbitraires en 2019, Ramy Shaath faisait déjà l’objet de harcèlement depuis des années de la part des autorités égyptiennes en raison de son militantisme politique et de ses actions pour la défense des droits humains. Bien qu’il possède la nationalité égyptienne, étant né de parents égyptiens, le ministère de l’Intérieur a tenté de la lui retirer en refusant de renouveler son passeport égyptien en 2012. Ramy Shaath a contesté ce refus et a gagné son recours en justice en 2013. Les autorités égyptiennes avaient fait appel de cette décision. Elles ont finalement contraint Ramy Shaath à renoncer à sa citoyenneté égyptienne, en échange de sa liberté. 

En Égypte, une offensive contre les voix critiques

La libération de Ramy Shaath est une victoire immense. Mais elle ne doit pas nous faire oublier qu’enÉgypte, des dizaines de milliers de personnes sont encore emprisonnées injustement : ils sont journalistes, avocats, militantes, bloggeurs, universitaires, défenseurs des droits humains... Depuis l’arrivée au pouvoir d’Al Sissi, les Égyptiens font face à une répression sans précédent.

Comprendre : Quelle est la situation des droits humains en Égypte

Derniers actes répressifs en date, le 20 décembre, trois symboles de la liberté d’expression ont été condamnés injustement  : Alaa Abdel Fattah, l’ «  icône de la révolution  », a écopé de 5 ans de prison. Mohamed El-Baqer, avocat et Mohamed Ibrahim, blogueur, ont écopé de 4 ans de prison. Nous saluons encore une fois le courage de ces hommes et de ces femmes égyptiennes qui, en raison de leur combat pour les droits et la liberté, se retrouvent en prison. Nous sommes à leurs côtés.

La libération de Ramy Shaath nous donne encore plus de force et de détermination pour poursuivre nos combats. Quand elle est forte, la mobilisation internationale paye. N’en doutez jamais. On se bat ensemble, on gagne ensemble.