L’Irlande condamne l’ « annexion de facto » de la Palestine par Israël

Après les récents bombardements de Gaza, le parlement d’Irlande adopte une motion qui condamne l’ « annexion de facto » de la terre palestinienne par Israël.


Le parlement irlandais a adopté une motion parlementaire condamnant l’ « annexion de facto » de la terre palestinienne par les autorités israéliennes.

La motion, présentée par le Sinn Fein, parti d’opposition, a été adoptée mercredi après avoir reçu le soutien de différents partis.

L’Irlande est le premier pays de l’Union européenne à utiliser cette expression par rapport aux actions d’Israël dans les territoires palestiniens occupés.

Après le vote, la présidente du Sinn Fein, Mary Lou MacDonald, a affirmé sur Twitter que la motion « doit marquer une nouvelle confrontation, assurée, cohérente, des crimes israéliens contre la Palestine ».

Jilan Wahba Abdalmajid, l’ambassadeur palestinien en Irlande, a déclaré que la motion est un « grand soutien » pour les Palestiniens et il a loué l’Irlande pour avoir fait preuve d’un leadership mondial sur la question.

« Cette motion apporte un grand soutien à la question de l’annexion de facto qui se produit en Palestine » a-t-elle déclaré au journal The Times.

« C’est ce qui se passe. L’Irlande est le premier pays de l’UE à prendre une telle position ».

John Brady, le porte-parole du Sinn Fein pour les Affaires étrangères a salué la motion comme « historique » et il a dit espérer que d’autres pays suivraient l’exemple de l’Irlande.

« C’est le point de départ » dit Brady dans une vidéo publiée sur Twitter, ajoutant que l’accent devrait être mis sur la nécessité de tenir Israël responsable de ses « actions illégales en vertu du droit international ».

« Il y a maintenant besoin de conséquences… sur Israël pour s’assurer qu’il ne puisse continuer à agir avec ce qui est perçu comme une impunité pour ses violations des droits humains du peuple palestinien ».

Un amendement à la motion qui visait à imposer des sanctions à Israël et à expulser l’ambassadeur israélien n’a pas été adopté.

C’est une annexion de facto.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré que la motion « est un signal clair de la profondeur du sentiment en Irlande ».

« L’ampleur, le rythme et la nature stratégique des actions d’Israël pour l’expansion coloniale et de l’intention qui la sous-tend nous ont amenés à un point où nous devons être honnêtes sur ce qui se passe exactement sur le terrain… il s’agit d’une annexion de facto », a dit Coveney, du parti Fine Gael de centre-droit, au parlement.

« Ce n’est pas quelque chose chose que moi, ou, à mon avis, cette maison, disons à la légère. Nous sommes le premier État de l’UE à agir ainsi. Mais cela reflète l’énorme inquiétude que nous avons concernent l’intention des actions et, bien sûr, leur impact » dit-il.

La plupart des pays considèrent les colonies de peuplement qu’Israël a montées sur le territoire conquis durant la guerre de 1967 comme illégales et comme un obstacle à la paix avec les Palestiniens.

« Un nouvel affrontement avec les crimes israéliens »

Coveney, qui représentait l’Irlande au Conseil de sécurité des Nations unies lors des débats sur Israël ces dernières semaines, avait insisté pour ajouter une condamnation des récentes attaques de roquettes sur Israël par le groupe palestinien Hamas, avant d’accepter le soutien du gouvernement à la motion.

« Les actes de terreur par le Hamas et d’autres groupes militants en tirant sans discernement des roquettes Israël… ne peuvent et ne doivent jamais être justifiés » dit Coveney.

Le Sinn Fein, parti d’opposition, a refusé de soutenir l’amendement du gouvernement condamnant les attaques du Hamas.

L’instant d’une « étape importante »

La motion intervenait quelques jours après un cessez-le-feu qui a mis fin à onze jours des pires combats entre Israël et les groupes armés palestiniens depuis des années.

La violence a déclenché de grandes manifestations pro-palestiniennes à Dublin.

Au moins 254 Palestiniens ont été tués, dont 66 enfants, selon le ministère de la Santé à Gaza, tandis qu’environ 2000 ont été blessés. Au moins 12 personnes ont été tuées en Israël.

Certains utilisateurs des médias sociaux ont salué la décision de l’Irlande.

« L’Irlande est devenue le premier État de l’UE à reconnaître l’annexion de facto de la Palestine par Israël, en violation du droit international » a tweeté Ronan Burtenshaw, rédacteur en chef du magazine socialiste britannique Tribune. « Une étape importante sur la voie de l’isolement d’un État d’apartheid, comme nous l’avons fait dans les années 1980. Prochain arrêt : Boycott, Désinvestissement et Sanctions ».

Howard Beckett, secrétaire général adjoint du syndicat britannique et irlandais Unite, a salué la motion comme une « lumière radieuse ».

« L’Irlande est solidaire, elle s’oppose à l’occupation et à l’oppression » a-t-il tweeté.

Mais le ministère des Affaires étrangères d’Israël a déclaré qu’il rejetait « la position scandaleuse et sans fondement » de l’Irlande.

« Cette position reflète une politique à l’évidence unilatérale et simpliste », affirme un porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué posté sur Twitter.

« La motion qui a été adoptée aujourd’hui au parlement irlandais constitue une victoire pour les factions palestiniennes extrémistes » ajoute le porte-parole. « Cette motion éloigne l’Irlande de son ambition de contribuer et de jouer un rôle constructif dans le contexte israélo-palestinien ».