Colloque : Réévaluer le Mandat britannique en Palestine


Le Mandat britannique (1922-1948) représente dans l’histoire moderne de la Palestine plus d’un quart de siècle, pendant lequel ont été posées les fondations pour l’usurpation des droits politiques palestiniens et l’établissement d’un Etat sioniste. C’est le cas flagrant d’une entreprise coloniale explicitement conçue pour priver de leurs droits des peuples autochtones et menée sous l’égide de la légitimité internationale. C’est aussi le premier et le dernier moment de l’histoire moderne où l’intégralité de la Palestine a existé comme entité politique unique, rassemblant Palestiniens arabes et juifs, autochtones et colons, et colonisés et colonisateurs, à l’intérieur d’un même cadre politico-juridique, bien qu’à des conditions radicalement inégales.

Le centième anniversaire du début du Mandat est une occasion appropriée pour le réexaminer et le réévaluer en tant qu’épisode de l’histoire de la Palestine. Cet colloque aura pour objectif de discuter quelques-unes des questions suivantes :

• Quels sont les aspects de l’histoire du Mandat qui n’ont pas fait l’objet de recherches suffisantes et quelles sont les lacunes existantes dans notre compréhension contemporaine des aspects politiques, sociaux, économiques, culturels et autres de l’histoire du Mandat ? Outre le fait d’être un système juridique et politique, de quelles manières le Mandat a-t-il été une période distincte dans l’histoire de la Palestine, avec quelles transformations importantes sociales, économiques, matérielles et culturelles ? Comment le tissu de la société palestinienne a-t-il changé sous le Mandat et dans quelle mesure ces transformations prenaient-elles racine dans la fin de l’ère ottomane ? Comment rendons-nous compte des projets variés menés par les Palestiniens après la Première Guerre mondiale — qu’ils soient éducationnels, intellectuels, infrastructurels ou agricoles — et de leurs connexions à travers la Méditerranée orientale ?

• Comment les politiques du Mandat dans des domaines variés ont-elles contribué à fournir les conditions pour le succès du projet d’un « foyer national juif » et l’établissement de l’Etat juif ? Comment évaluons-nous les positions arabes à propos des projets d’autonomie présenté par les autorités du Mandat et du projet d’indépendance ajourné inclus dans le « Livre blanc » de 1939 ?

• Le Mandat représente-t-il un abus flagrant du droit international pour abroger les droits d’une population autochtone, ou est-il une illustration des manières dont le droit international est un outil dans les mains des puissants et est complètement inadapté en tant qu’instrument de justice ? Comment cette dialectique a-t-elle joué au siècle dernier dans l’histoire de la Palestine et des Palestiniens, particulièrement à propos de l’affirmation souvent répétée que les Palestiniens ne sont pas « préparés à gouverner leur propre Etat » ?

• Comment le Mandat britannique pour la Palestine se compare-t-il à d’autres paradigmes coloniaux et néo-coloniaux dans d’autres parties du monde ? Quels parallèles peuvent-ils être tirés entre les arrangements politiques et jurdiques du Mandat et d’autres entreprises colonialistes ? Comment le Mandat a-t-il servi à établir un appareil pour une construction coloniale de la Palestine (par exemple par des enquêtes, des cartes et des instruments juridiques produits par les autorités britanniques et légués aux institutions sionistes) ?

Le colloque est provisoirement prévu pour octobre 2022 et doit avoir lieu en format hybride, avec une composante en présentiel en Palestine, si les circonstances le permettent. Des propositions de communications d’environ 300 mots, avec une brève biographie, en anglais ou en arabe, doivent être envoyés pour examen à l’aveugle, à l’adresse électronique suivante : conference[at]palestine-studies.org

Date limite de soumission : 30 avril 2022.

Le colloque est subventionné conjointement par les institutions suivantes : Birzeit University ; Conseil pour la recherche britannique Council for British Research in the Levant ; New Directions in Palestine Studies, Brown University ; Center for Palestine Studies, Columbia University ; Hearing Palestine, University of Toronto ; European Centre for Palestine Studies, University of Exeter ; Centre for Palestine Studies, School of Oriental and African Studies (SOAS), University of London ; Institute for Palestine Studies.