Lettre de l’AURDIP au Ministre des Affaires étrangères concernant l’arrestation du défenseur des droits humains palestinien Mahmoud Nawajaa

| Joseph Oesterlé |

Monsieur Jean-Yves Le Drian
Ministre de l‘Europe et des Affaires étrangères
37 quai d’Orsay
75351 Paris Cedex 07

Monsieur le Ministre.

Mahmoud Nawajaa, un éminent défenseur des droits humains palestinien et le coordinateur général du comité national palestinien du mouvement BDS (Boycott, D ésinvestissement, Sanctions) a été arrêté jeudi 30 juillet à 3h30 du matin par des dizaines de soldats d’occupation israéliens qui ont fait irruption à son domicile près de Ramallah, l’ont menotté, lui ont bandé les yeux et l’ont emmené loin de sa femme et de ses trois jeunes enfants, avec le matériel informatique trouvé sur place. Deux jours après, un tribunal militaire israélien a accédé à une requête du service de sécurité intérieure israélien pour prolonger sa détention de 15 jours sans qu’aucune inculpation ne lui ait été présentée. Sa détention a été réduite à 8 jours suite à l’appel interjeté par son avocat qu’il n’a toujours pas été autorisé à voir.

L’Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) condamne avec la plus grande fermeté cette nouvelle atteinte au droit perpétrée par une armée d’occupation.

Faut-il rappeler qu’à l’inverse de ces pratiques illégales et violentes, le BDS est un mouvement non-violent, dont la légalité a été reconnue à de multiples reprises dans tous les pays où elle a été attaquée, la dernière décision en ce sens étant celle de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, prise à l’unanimité des juges ?

Alors que la Cour Pénale Internationale se prépare à ouvrir une enquête sur les crimes de guerre commis par Israël contre les Palestiniens, cet État continue de bafouer impunément le droit international en arrêtant des femmes et des hommes œuvrant pacifiquement, à visage découvert, pour la justice et pour la paix.

La communauté internationale et la société civile ne peuvent rester muettes devant ces arrestations arbitraires de militants politiques pacifiques. Nous vous demandons instamment, Monsieur le Ministre, de faire respecter le droit international, et d’exiger du gouvernement israélien la libération immédiate de M. Nawajaa.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Professeur Joseph Oesterlé,
Président de l’Association des Universitaires
pour le Respect du Droit International en Palestine ( AURDIP)