Lettre à Mme Federica Mogherini à propos des menaces du gouvernement israélien contre les défenseurs palestiniens des droits humains

à Mme Federica Mogherini
Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique sécuritaire

Chère Mme Mogherini

La participation de M. Lars Faaborg-Andersen, chef de la délégation de l’UE en Israël, à la conférence “Stop the Boycott” à Jérusalem le 28 mars a eu des conséquences très malheureuses dont vous devriez être consciente.

En premier lieu, elle a soulevé des doutes sérieux sur votre engagement pour un règlement juste du conflit israélo-palestinien. Yedioth Ahronoth, le principal parrain de la conférence, est bien connu pour son opposition aux droits politiques et civils palestiniens en Israël et dans les territoires occupés. M. Faaborg-Andersen a parlé aux côtés de Dani Dayan, un leader du mouvement des colons qui soutient l’expansion de ces mêmes colonies que l’UE qualifie d’illégales. M. Faaborg-Andersen lui-même aurait déclaré que « les produits des colonies sont bienvenus sur le marché de l’UE ». Nous ne voyons pas comment ceci peut être réconcilié avec l’affirmation de l’UE selon laquelle les colonies sont illégales ou avec votre soutien pour une solution à deux Etats basés sur les frontières de 1967.

En second lieu, le soutien explicite de M. Faaborg-Andersen à l’opposition au mouvement boycott, désinvestissement et sanctions vous aligne sur un régime en violation flagrante du droit international et contre les libertés civiles des citoyens de l’UE et autres qui s’engagent dans la contestation non-violente de la construction des colonies manifestement illégales par Israël et contre sa suppression des droits politiques et civils palestiniens. Comme vous vous souvenez, dix-neuf membres du Groupe de Personnalités Européennes Éminentes vous ont écrit le 11 mai dernier pour avertir que « les conditions dans les Territoires Occupés restent en haut de la liste des pires crises mondiales en termes… de déni de la justice internationale, des droits humains et des standards humanitaires » ; que « les standards de vie et de droits humains à Gaza et en Cisjordanie occupée ont sombré à un niveau affreusement bas » ; qu’ « il n’est plus possible pour l’UE de laisser cette situation se poursuivre sans grave risque à sa réputation internationale et à son intérêt à long terme pour la stabilité de son environnement » ; que « se cacher derrière le leadership américain sur la politique du conflit est désolant et improductif » ; et que parmi les autres initiatives destinées à mettre un frein à la criminalité d’Israël vous devriez introduire « des mesures plus strictes pour empêcher l’expansion des colonies et des initiatives pour rendre opérationnelle la politique de l’UE de non-reconnaissance de la souveraineté israélienne au-delà des frontières de 1967 dans le cadre de l’ensemble des relations UE-Israël ». Non seulement vous n’avez pas entendu leur avis, mais vous avez, via M. Faaborg-Andersen, dénoncé publiquement les efforts non-violents et entièrement légaux des citoyens de l’UE promouvant les mêmes objectifs.

En troisième lieu, l’implication de M. Faaborg-Andersen dans la conférence a fait courir un risque aux partisans palestiniens des droits civils, politiques et humains. Leur sécurité en Israël et dans les territoires occupés a toujours été précaire, mais jamais autant que maintenant, alors que les forces israéliennes et miliciennes se commettent quasi quotidiennement dans des attaques meurtrières contre les Palestiniens. A la conférence elle-même, des menaces ont été délivrées contre Omar Barghouti, dirigeant du mouvement palestinien de boycott. Au lendemain de la conférence, Ysrael Katz, ministre israélien du transport, du renseignement et de l’énergie atomique, a déclaré son intention de parvenir à l’ « élimination civile ciblée » des champions des droits civils palestiniens tels M. Barghouti ; une phrase ambiguë que les extrémistes israéliens liront vraisemblablement comme un appel à la violence. L’alignement de M. Faaborg-Andersen avec les délinquants israéliens, dans les circonstances présentes, a été incroyablement malvenu et a pour le moins correspondu à une indifférence irresponsable au sort des Palestiniens qui cherchent à souligner leurs activités illégales.

Mme Mogherini, il est impératif que vous limitiez les dommages causés par la participation de M. Faaborg-Andersen à la conférence. Nous vous appelons à répudier sa « bienvenue » aux produits des colonies illégales, à affirmer le droit des citoyens européens à poursuivre le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël ainsi que toutes les autres formes de protestation non-violentes, à réaffirmer l’opposition de l’UE aux colonies existantes et prévues dans les territoires illégalement occupés et avant tout à mettre en garde le gouvernement israélien contre les attaques contre Omar Barghouti et les autres militants palestiniens des droits civils.

Bien sincèrement

Jonathan Rosenhead, Chair, British Committee for Universities of Palestine (BRICUP)
Ivar Ekeland, Président, Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP)
Herman De Ley, Comité directeur, Belgian Campaign for an Academic and Cultural Boycott of Israel (BACBI)

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter