Le syndicat UMass Amherst des salariés étudiants de troisième cycle approuve le BDS

Les membres de l’organisation de salariés étudiants de troisième cycle à l’université Amherst du Massachusetts votent à une écrasante majorité en faveur d’une résolution pour rejoindre le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) !

Dans un vote sur trois jours (du 12 au 14 avril), au scrutin secret, l’Organisation des salariés étudiants de troisième cycle (GEO/UAW 2322) à l’université Amherst du Massachusetts s’est prononcée à une majorité écrasante (95 %) en faveur de l’adoption d’une résolution où elle se déclare solidaire de la société civile palestinienne et rejoint le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. GEO est la plus importante unité de négociation collective au sein de l’Unité locale 2322 de l’UAW (UAW 2322) et elle représente plus de 2000 salariés étudiants de troisième cycle sur le campus phare de l’université Amherst du Massachusetts. Ceci fait de GEO le deuxième grand organisme de salariés syndiqués aux États-Unis à rejoindre le mouvement BDS par le vote de ses adhérents.

Cette résolution renouvelle et fait progresser une résolution GEO de 2003 pour le désinvestissement de l’occupation israélienne, et elle fait honneur à l’appel de 2005 de la société civile palestinienne – notamment des syndicats, du corps professoral des universités, et des organisations d’étudiants – pour que nous nous engagions dans le BDS au niveau mondial en tant que tactique visant à mettre une pression politique et économique sur l’État israélien jusqu’à ce que celui-ci se conforme au droit international et respecte les droits humains des Palestiniens dans les territoires occupés. La résolution demande aussi à notre employeur, l’UMass, et à notre syndicat, l’UAW, de boycotter et de se désinvestir des entreprises qui alimentent et tirent profit de l’occupation militaire et de la répression des Palestiniens. Au cours de la période de dialogue ouvert où tous les membres furent invités à exprimer leurs opinions diverses, à s’engager et à s’organiser, tant les membres du Groupe noir de GEO que les membres juifs de GEO ont publiquement approuvèrent la résolution.

Une résolution similaire votée en décembre 2014 par l’UAW 2865, syndicat des salariés étudiants à l’université de Californie (UC), fut invalidée par la suite par le Conseil exécutif international de l’UAW. Cette invalidation est actuellement en attente d’appel. GEO et notre organisation locale, l’UAW 2322, ont soutenu la décision du syndicat de l’UC de faire appel contre l’invalidation de leur vote démocratique par lequel il approuvait le BDS. Nous exhortons l’UAW International à respecter le vote démocratique de ses membres en faveur du BDS, et nous les invitons à venir nous rejoindre du bon côté de l’histoire.

Déclarations de membres de GEO/UAW :

Santiago Vidales, co-président de GEO : « Le fait qu’une majorité écrasante de notre syndicat a voté pour le BDS est un témoignage de ce à quoi ressemble le syndicalisme de justice sociale. Maintes et maintes fois, il nous a été demandé pourquoi GEO s’impliquait dans la politique du monde. La réalité est que les salariés palestiniens sur notre campus ont droit à leurs droits humains et civils fondamentaux quand ils retournent dans leur pays. En répondant à l’appel du mouvement BDS de la Palestine, les membres de GEO rejoignent les autres syndicats de salariés étudiants de troisième cycle à travers le pays en exigeant que nos universités, nos syndicats et nos communautés, boycottent et se désinvestissent de l’occupation violente israélienne des territoires palestiniens. Nous savons que notre position de principe sera critiquée, examinée minutieusement et contestée. Mais nous savons aussi que nous construisons un mouvement pour une libération. La libération du peuple palestinien est intrinsèquement liée à la nôtre ».

Kevina King et Tiamba Wilkerson, conseil exécutif du Groupe noir de GEO : « Le Groupe noir est extrêmement fier que notre syndicat ait mis en application son proverbial "mettre ses actes en conformité avec ses paroles" et qu’il ait voté en faveur de la justice pour le peuple palestinien. C’est particulièrement significatif pour le Groupe noir, étant donné que nous reconnaissons les liens historiques entre les luttes de libération des Noirs et celle du peuple palestinien, et la façon dont nos traductions de résistance continuent d’inspirer les autres peuples opprimés et marginalisés à travers le monde. La solidarité internationale, particulièrement entre les Noirs et le peuple palestinien, est aussi importante aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été, alors que nos deux communautés continuent de se battre contre le terrorisme autorisé d’État et la violence raciste ».

Ghazah Abbasi, membre de GEO, département de sociologie : « Le capitalisme mondial est un système colonial, d’une suprématie blanche, hétéro-patriarcal, qui nous aliène profondément et se multiplie. Un élément clé de notre maîtrise de cette aliénation est la compréhension de notre humanité commune avec les autres salariés et peuples, à l’intérieur et à l’extérieur des États-Unis. Il serait profondément contradictoire pour les salariés étudiants de troisième cycle d’UMass Amherst de faire campagne pour nos propres droits tout en étant complaisants à l’égard des violations épouvantables des droits qui ont lieu en Israël avec le soutien idéologique et financier du gouvernement des États-Unis. En tant que membre du GEO, je suis profondément satisfait de voir mon syndicat engagé dans la défense de la dignité et de l’égalité fondamentales de tous les salariés et de tous les peuples du monde entier. Les droits des peuples en tant que salariés sont des droits "juridiques" qui dépendent de la sécurité de leurs autres droits "naturels" inaliénables – tels que le droit à l’alimentation, à la sécurité physique, à la mobilité physique, et à l’absence de violence. Pourtant, ces droits fondamentaux sont systématiquement déniés aux populations palestiniennes par l’État d’Israël. Parce qu’il ne peut y avoir aucun travail juste et équitable possible sous le colonialisme et sous un siège militaire, il est impératif d’exiger la décolonisation immédiate et inconditionnelle de la Palestine ».

Alyssa Goldstein, GEO/UAW 2322, membre du Groupe Solidarité Palestine : « En tant membre juive de GEO et l’un des rédacteurs de la lettre "Un soutien juif au BDS", je suis tellement fière de voir que cette résolution a été votée à une majorité écrasante. L’État d’Israël ne parle pas au nom de la population juive et il ne la représente pas, et nous ne devons pas permettre que son oppression des Palestiniens se poursuive en notre nom. Les militants juifs, dans mon syndicat et ailleurs, qui se prononcent pour l’égalité palestinienne, respectent la tradition de l’engagement juif pour la justice ».

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter