LA RÉPRESSION DE L’APPEL AU BOYCOTT DES PRODUITS ISRAÉLIENS EST-ELLE CONFORME AU DROIT À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ?

La mise en oeuvre par un ensemble d’ONG d’une campagne de boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) visant l’État d’Israël a donné lieu à des condamnations pénales en France, fondées sur une législation interdisant l’entrave discriminatoire de l’exercice normal d’une activité économique quelconque. L’étude entend montrer que cette pénalisation des appels au boycott des produits israéliens pose des graves problèmes de compatibilité au droit à la liberté d’expression. D’une part, l’incrimination de l’appel au boycott des produits israéliens procède d’une interprétation extensive des termes de la loi, destinée à l’origine à ne viser que la mise en oeuvre par les opérateurs économiques français des mesures de boycott décidées par des États étrangers. D’autre part, il ressort de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme que les associations militantes bénéficient d’une liberté d’expression particulièrement étendue dans l’exercice de leurs activités politiques, à laquelle la répression de l’appel au boycott apporte une limitation disproportionnée.

Télécharger l’article en fichier pdf.

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter