La communauté palestinienne des arts de la scène exhorte le violoniste renommé André Rieu à annuler ses concerts à Tel Aviv

Dans une lettre ouverte, les collectifs des arts de la scène et les centres culturels palestiniens appellent le célèbre violoniste hollandais à respecter la ligne de piquetage non violente palestinienne et à annuler ses concerts à Tel Aviv.

Cher André Rieu,

Nous, collectifs des arts de la scène et centres culturels palestiniens soussignés, vous écrivons pour vous exhorter à annuler vos concerts prévus à Tel Aviv les 3 et 7 avril 2018.

En tant que collègue artiste, nous espérons que vous conviendrez que nous avons une obligation morale de ne pas faire de mal, d’empêcher que notre œuvre artistique soit utilisée pour faciliter l’oppression.

Les prestations des artistes internationaux à Tel Aviv, particulièrement de grands spectacles comme le vôtre, sont régulièrement et ouvertement soutenus par le gouvernement israélien. Ces événements sont délibérément utilisés pour détourner l’attention mondiale des décennies d’oppression des Palestiniens par Israël.

Tandis que le gouvernement israélien accueillera vos spectacles avec les plus grands honneurs, il continuera à effacer la culture palestinienne par ses incessantes agressions systématiques. Israël a fermé des cinémas et des théâtres palestiniens, interdit des événements culturels, refusé des permis de travail aux artistes palestiniens et en a emprisonné d’autres sans charges. Les soldats israéliens ont plusieurs fois forcé de jeunes musiciens à « jouer » aux checkpoints militaires qui privent les Palestiniens de Cisjordanie occupée de leur droit à la liberté de circulation.

Nous admirons la façon dont vous utilisez votre art pour soulager les souffrances, de vos concerts de bienfaisance à votre rôle d’ambassadeur pour Wensambulance Limburg , qui fournit un service ambulancier pour permettre à des patients gravement malades de satisfaire un vœu pour une journée loin de leurs souffrances.

Les Palestiniens qui vivent sous oppression israélienne ne bénéficient pas de ce genre de répit, surtout ceux qui font face à des problèmes de santé. Un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé a fait savoir que 54 Palestiniens étaient morts en 2017 en attente de permis israéliens pour quitter Gaza en vue d’un traitement médical. Il s’agissait principalement de malades du cancer.

Des soins de santé appropriés sont devenus impossibles à Gaza à cause des bombardements israéliens répétés et du siège brutal, qui entre maintenant dans sa douzième année, imposé aux deux millions de Palestiniens qui vivent là. Israël refuse l’importation de médicaments vitaux, de fournitures et équipements médicaux, et bloque même le carburant pour l’électricité nécessaire au fonctionnement des hôpitaux et cliniques de Gaza.

C’est pour toutes ces raisons que la majorité des artistes et institutions culturelles palestiniennes appellent les artistes internationaux à ne pas divertir Tel Aviv jusqu’à ce qu’Israël mette fin à ses violations des droits fondamentaux des Palestiniens. Un concert en Israël aujourd’hui est l’équivalent d’un spectacle réservé aux seuls blancs dans la station sud-africaine de Sun City dans les années 1980 alors que le gouvernement brutalisait la vie des Sud Africains noirs.

Nous nous souvenons de votre hommage émouvant à Nelson Mandela lorsque arriva la nouvelle de sa mort pendant votre tournée de 2013. Mandela a été une source d’inspiration pour nous aussi. Nous rappelons sa phrase célèbre : « Nous savons trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens. » Le camarade anti-apartheid du combat pour la liberté et compagnon de prison de Mandela, Ahmed Kathrada, a écrit : « Je suis profondément convaincu que les Palestiniens souffrent d’une vie semblable à – et, sous beaucoup d’aspects, pire que – celle que nous avions sous l’Apartheid en Afrique du Sud. »

Le dirigeant anti-apartheid Desmond Tutu a maintes fois explicité son soutien au boycott culturel d’Israël, déclarant en 2010 : « Exactement comme nous disions pendant l’apartheid qu’il n’était pas convenable pour des artistes internationaux de se produire en Afrique du Sud dans une société fondée sur des lois discriminatoires et une exclusivité raciale, nous pensons que ce serait une erreur pour l’Opéra de Cape Town de se produire en Israël. »

Nous vous exhortons à ne pas prêter votre nom et votre art renommés à l’occupation et à l’apartheid du gouvernement israélien, comme un nombre croissant d’artistes qui ont annulé ou refusé de jouer en Israël, dont Lorde, Lauryn Hill, Brian Eno et Oumou Sangaré.

André Rieu, nous espérons que vous vous tiendrez du bon côté de l’histoire et que vous annulerez vos concerts à Tel Aviv. Nous espérons que vous ne saperez pas notre combat pour acquérir nos droits fondamentaux et que vous nous rejoindrez solidairement pour mettre fin aux violations israéliennes de nos droits fondamentaux selon le droit international.

Signataires :

Le théâtre Al-Harah
Le Théâtre de la Liberté
L’association Al Kamandjati
L’institut Magnificat
Siwal
L’Ecole palestinienne du Cirque
Le Yes Théâtre
Le théâtre Ashtar
Les productions de la Journée du Théâtre
Le Réseau palestinien des Arts du Spectacle
Le Réseau Artistique de Jérusalem
La Troupe de Danse Populaire palestinienne El-Funoun
Le Centre Culturel Khalil Sakakini
Le Conservatoire National de Musique Edward Saïd
Le Centre Al-Awda pour l’Enfance et la Jeunesse – Tulkarem
Le Centre Hanthala
Le Centre Al-Awda
Le Centre Baladi pour la Culture et les Arts
Le Centre d’Art Populaire
Sareyyet Ramallah

Navigation

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter