B’Tselem : Israël demande à la Haute Cour la permission de commettre un crime de guerre

Après l’intervention de l’État devant la Haute Cour de Justice, le directeur exécutif de B’Tselem, Hagai El-Ad, a dit que l’État demandait à la Haute Cour de l’autoriser à pratiquer un crime de guerre : « Aucun discours hypocrite sur une alternative ‘planifiée, exclusive et réaliste’, ou sur ‘le temps de se préparer’ ne peut effacer la honte ou camoufler les faits : la destruction de Khan al-Ahmar signifie le transfert forcé de personnes protégées, et le transfert forcé, c’est un crime de guerre. Ceux qui en seront responsables en porteront personnellement la responsabilité criminelle – exactement comme B’Tselem l’a déclaré il y a quinze jours dans une lettre adressée au premier ministre, au ministre de la Défense, au ministre de la Justice, au chef de cabinet et au directeur de l’Administration Civile. »

Selon des données actualisées, la communauté de Khan al-Ahmar, qui vit sur une terre qu’Israël a prévue pour une expansion de colonie dans cette zone, abrite 32 familles qui représentent 173 personnes, dont 92 mineurs. Il y a une mosquée et une école, créée en 2009 et où vont plus de 150 enfants de six à 15 ans – certains venant des communautés voisines.

Navigation

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter